L’histoire d’une petite valse

En 1993, c’est un réalisateur alors inconnu… Lars von Trier, qui réalise un très joli spot de publicité pour une compagnie d’assurances : « La rue de la vie »

La musique utilisée dans ce clip va, comme le réalisateur, devenir mondialement célèbre, alors qu’elle était totalement ignorée et surtout quasiment pas enregistrée.

J’ai à ce sujet une anecdote très personnelle à raconter : nous sommes à l’automne 1993, j’ai pris mes fonctions en été à Paris comme directeur de France-Musique, mais je reviens souvent à Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) où ma famille est restée. Un jour, l’aîné de mes fils, 12 ans à l’époque, me rejoint dans le grenier qui me tenait lieu de discothèque et m’interroge sur un spot de pub qu’il a vu à la télévision : « on dirait du Prokofiev« , nous cherchons, écoutons plusieurs plages « possibles », non ce n’est pas du Prokofiev. Et soudain j’ai un éclair, j’ai reçu il y a peu à mon bureau un tout nouveau CD de « musiques de jazz » de Chostakovitch. Je mets le disque en question et soudain mon fils m’arrête, tout heureux d’avoir retrouvé la musique de sa pub ! Quelque temps plus tard je reçois les représentants de DECCA France et je leur dis qu’ils ont dans leur catalogue un disque classique qui pourrait faire un malheur. Ils n’ont pas encore fait le lien entre cette « nouveauté » Chostakovitch et le spot de la CNP. Peu avant Noël 1993, leurs équipes de marketing « relookent » ledit CD et apposent sur les exemplaires déjà en magasin un « sticker » avec les images de la pub… On sait ce qu’il est advenu depuis de ce disque, et de tous les autres que chefs et orchestres se sont empressés d’enregistrer pour exploiter le filon…

Historiquement il est un peu compliqué de s’y retrouver dans toutes ces « suites » et autres musiques de divertissement, souvent alimentaires, que Chostakovitch a écrites, on se perd dans les intitulés (suite de jazz, suite pour orchestre de variétés). Ainsi cette fameuse « valse n°2 » est référencée sous plusieurs intitulés, et a d’abord été utilisée par le compositeur dans une musique de film (le recyclage existait déjà à l’époque !).

Quoi qu’il en soit, plusieurs versions peuvent être recommandées, à commencer par le CD original : Riccardo Chailly dirige le magnifique orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam !

61WEDtKpKmL

81AHgVWe5yL._SL1388_

51JajvXgQkL

 

Bien évidemment, cette valse/rengaine sera souvent utilisée au concert.. et au cinéma. Comme dans Eyes wide shut de Stanley Kubrick :

51PWSEAP12L

Publicités

A propos JPRousseau

Globetrotter, world traveler
Cet article, publié dans Non Classé, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s